François Nkémé, Patrice Nganang, Gertrude Obinong, Peter W. Vakunta, Dipita Kwa, Edouard Elvis Bvouma, Nouvelles du Cameroun, Éd. Magellan et Cie, Ifrikyia, Courrier international, 2011
Par ses paysages, par son histoire, par sa culture, on dit du Cameroun qu’il est une « Afrique en miniature » ou une « Petite Afrique ». Il est vrai que les composantes principales de ce pays d’Afrique centrale sont celles de toute l’Afrique. Ce nouveau recueil de la collection « Miniatures » se devait de refléter cette diversité. Ainsi, deux nouvelles sont traduites de l’anglais, celles de Dipita Kwa et Peter W. Vakunta, tandis que les quatre autres sont écrites en français, celles de Patrice Nganang, François Nkémé, Gertrude Obinong et Elvis Edouard Bvouma. On aura avec eux quelques aperçus du « camfranglais », mélange de français, d’anglais, de locutions dialectales camerounaises et de pidgin, savoureux argot que la jeunesse urbaine a créé et qui varie selon les villes.
Nation littéraire, le Cameroun l’est à l’évidence. Une jeune génération, au contact des littératures européennes et américaines, s’inscrit désormais dans la littérature mondiale avec vigueur. Les six nouvelles de ce volume en témoignent. Pétri de traditions et ouvert culturellement sur le monde, le Cameroun possède parmi les écrivains les plus prometteurs du continent.

Rabâa Abdelkéfi, Ali Bécheur, Hélé Béji, Tahar Bekri, Emna Belhaj Yahia, Sophie Bessis, Azza Filali, Aymen Hacen, Hubert Haddad, Abdelaziz Kacem, Mounira Khemir, Nacer Khemir, Ida Kummer, Amel Moussa, Amina Saïd , Jean-Pierre Santini, Guy Sitbon, Walid Soliman, Lucette Valensi, Enfances tunisiennes, Éd. Elyzad (passages), 2010
Vingt auteurs de langue française et de langue arabe livrent un épisode, un fragment, une atmosphère d’enfance. Des années 40 aux années 90, ils nous convient à un voyage dans le temps… Tunisie plurielle où se côtoyaient des communautés en même temps différentes et semblables. Tunisie coloniale dans laquelle les autochtones découvraient une langue et des mondes étrangers, et tentaient d’étonnantes synthèses entre l’univers familial et celui de l’école. Tunisie des garçons et des filles, de la capitale et des villes de province. Tunisie plus jeune d’après l’indépendance, porteuse d’expériences nouvelles. ?Écrire, pour retrouver le paysage de l’enfance. Ce sont toutes ces histoires qui font le portrait d’un pays, de ses cultures, de ses révolutions.
En savoir +

Maryvette Balcou, Jeter l’ancre, Éd. Epsilon, 2010
Les trois nouvelles de ce recueil progressent sur des lignes soigneusement tracées qui offrent des voyages entre terre et mer, entre naufrages et émergences, entre contraintes et libertés. Un air de vie sauvage et authentique, parsemé d’images odorantes et d’humanité. Un recueil au mini-format très original et fort pratique pour la lecture en plein-air !
En savoir + et lire des extraits

.

.

.