Warning: include(/homepages/14/d218128377/htdocs/blog/wordpress/wp-content/themes/connections-reloaded1/functions.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/14/d218128377/htdocs/blog/wordpress/wp-settings.php on line 329

Warning: include(): Failed opening '/homepages/14/d218128377/htdocs/blog/wordpress/wp-content/themes/connections-reloaded1/functions.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php7.0') in /homepages/14/d218128377/htdocs/blog/wordpress/wp-settings.php on line 329
Livres jeunesse » opoto

Livres jeunesse


L’Afrique expliquée aux enfants des blancs. Belles photos, beaux dessins mais des images souvent un peu trop « propres » pour refléter vraiment la vie de la grande majorité des africains. L’optimisme des conclusions fait rêver, alors…
(Photo Engongue/Cameroun BEB CC-BY-NC-SA)

Bernard Nantet, Au cœur de l’Afrique, Ed.  Milan (Les Encyclopes), 2012
Une plongée au cœur de l’Afrique, mère de l’humanité et continent phare du IIIe millénaire.
Face aux visions d’une Afrique déchirée, voici de nouveaux éclairages. A travers des questions comme la désertification, la déforestation, l’exode rural, la colonisation ou l’explosion démographique, le continent se livre en profondeur. Sa géographie a été une donnée décisive, ses peuples se sont adaptés à une nature difficile. L’Afrique, c’est une histoire remplie d’épisodes épiques d’une richesse insoupçonnée, assombrie parla terrible période de l’esclavage.
C’est aussi une leçon de courage et de solidarité inépuisables.

Stefan Rousseau, Alexandre Messager, L’Afrique racontée aux enfants, Ed. De la Martinières Jeunesses, 2012

Un hymne à l’Afrique à travers 8 grands chapitres : 1 L’Afrique, berceau de l’humanité.
Vestiges préhistoriques qui attestent la présence des premiers hommes et, plus tard, de grandes civilisations. 2 Des richesses naturelles extraordinaires. Le Kilimandjaro, les grands fleuves (Nil, Niger, Congo), les grands parcs naturels (Tanzanie, Kenya…). 3 L’eau, un bien commun. Seule richesse dans le désert, l’eau, bien mal partagé en Afrique, a suscité l’inventivité des hommes qui ont su par exemple utiliser les grands fleuves pour faciliter leur vie quotidienne…
4 Des peuples très divers. Des tribus ancestrales aux peuples les plus surprenants, les Dogons, les Touareg, les Peuls, les Masaï… 5 La vie quotidienne. Pour découvrir la culture orale, les griots et leur rôle dans la société, pour plonger dans les marchés bigarrés et les souks aux mille odeurs… 6 Une histoire tragique. Colonisations européennes et indépendances, le continent africain a traversé le XXe siècle dans la lutte.
7 L’Afrique aujourd’hui. Microcrédit, vente de services, développement du cinéma et de manifestations sociales, l’Afrique bouge ! 8 L’avenir. La question des ressources (uranium, métaux précieux, pétrole) et de leur exploitation dans le respect des droits des peuples.

Gaëlle Beaujean-Baltzer, Arts de l’Afrique : Trésors d’un continent, Ed. Palette (L’art et la manière), 2012
L’Art et la manière est l’une des toutes premières collections de monographies destinée à la jeunesse.

Chaque ouvrage aborde un artiste ou un mouvement artistique de manière claire et ludique, en allant toujours à l’essentiel, et propose aux jeunes lecteurs, dès l’âge de huit ans, une approche sensible et concrète de l’art.
Berceau de l’humanité, l’Afrique a vu naître des civilisations et des artistes dont les œuvres ne cessent de nous étonner. Enveloppées de mystère, comme les masques Kanaga ou l’intrigant chien nsiki nkondé, les œuvres africaines sont aussi une image de la société africaine elle- même.
Ce sont aussi des objets de prestige, tels les pendentifs Ashanti en or ou les dentelles d’ivoire de Sierra Leone, dont le raffinement et la délicatesse ont fasciné nombre d’Occidentaux. Ce livre nous offre un riche panorama de ces créations, depuis les temps les plus anciens jusqu’aux créateurs du XXIe siècle, et permet d’en comprendre les usages et les significations.

Littératures d’Afrique(s) : Petite sélection d’ouvrages jeunesse parus en ce début d’année, avec un focus sur la guerre d’Algérie.

Albums 3-7 ans

Olivier Lebleu, Zarafa, Éd. Nathan (Albums Jeunesse), 2012

Une belle histoire d’amitié à travers le monde
Un belle histoire d’amitié entre un petit garçon et une girafe nommée Zarafa, qui va les entraîner dans un long périple de l’Afrique à la cour du roi de France. Maki fera tout pour veiller sur son amie quoi qu’il en coûte, affrontant même marchands d’esclaves et pirates!

.

..

Yann Walcker, Mathilde Lebeau, Crocky le crocodile a mal aux dents, Éd. Auzou Philippe (Mes P’tits Albums), 2011

Crocky est le rockeur de la jungle. Il aime le rock’n’roll et son blouson en cuir mais il oublie souvent de se brosser les crocs. Une vilaine carrie et un gentil sorcier-dentiste vont lui rafraîchir la mémoire. Très bonne approche pour expliquer l’hygiène dentaire aux petits.

.

.

Françoise Bobe, Le doudou de Siyabou, Éd. Nathan (Mes P’tites Histoires, n° 14), 2012
Siyabou a perdu son doudou. De grosses larmes coulent le long de ses joues. Mais ses copains les animaux sont là pour l’aider…

.

.

.
.

Lucie Papineau , Marisol Sarrazin, Zéphyr le zèbre, Éd. Dominique et Compagnie

Zéphyr le zèbre est le papa adoré de Patatras, la drôle de petite panthère, et de Mimosa, la timide mouffette.
Chaque soir, à l’heure du dodo, Zéphyr borde ses fillettes, puis leur raconte une histoire. Une histoire qui commence toujours par : « Quand j’étais petit, je vivais des aventures absolument époustouflantes ! » Les petites sont suspendues à ses lèvres… même si elles se demandent si ces histoires époustouflantes sont véridiques ! Leur papa serait-il un super héros ? De toutes façons, l’important pour elles et pour Gilda, c’est que Zéphyr est un super… papa ! Les albums de la collection Les amis de Gilda la girafe transporteront les enfants dans des voyages fabuleux remplis d’action, de rêves et de fantaisie !

Premières lectures (7-10 ans)

Farre, Merce, La tortue qui voulait traverser le désert, Éd. Oskar, 2012

Il était une fois, une tortue vivant dans la jungle.
Un jour, elle décide de partir traverser le désert. Elle se dirigea donc vers le nord tout en gardant bien ses yeux fermés pour que les grains de sable ne puissent pas la faire pleurer. Mais son périple est parsemé d’embûches…

.

.

Zidrou, Frédéric Rébéna, Le pyjama de Tibi, Éd. Nathan (Premiers Romans), 2012

Tibi vit dans un village en Afrique, avec sa mère et ses frères et soeur.
Ce jour-là, le petit garçon reçoit un cadeau très particulier de son père, qui travaille en France : un pyjama avec un hélicoptère dessiné dessus. Tibi s’endort tout heureux. Mais bientôt, pendant la nuit, un étrange bruit le réveille… Toukoutoukoutoukou…

.

Mark Janssen , Pieter Van Oudheusden, Aventure dans le désert, Éd. Chantecler (L’heure d’un livre !), 2012

Cette nuit, Léa va dormir chez sa meilleure amie Zorah.
Les deux fillettes sont ravies ! Elles montent une tente au grenier, se déguisent et jouent aux belles princesses du désert. Le lendemain matin, quelle surprise ! Leurs affaires ont disparu et le sol est recouvert de sable. Où sont-elles ? Et que fait ce chameau près de leur tente ?

Romans 10-12 ans

Evelyne Brisou-Pellen, Philippe Munch, Le royaume d’Osiris : Les messagers du temps Tome 10, Éd. Gallimard-Jeunesse (Folio Junior), 2012

Le Caire, au XIIIe siècle.
Morgana, Windus et Pétrus se retrouvent enfermés dans la Grande pyramide, à la suite d’un éboulement provoqué par le Quatrième. Prisonniers de ce piège mortel, ils sont irrésistiblement attirés vers les profondeurs de la pyramide et le tombeau du pharaon. Lorsque Geb, le dieu de la Terre, se dresse devant eux, les Trois comprennent qu’ils ont basculé dans un autre monde… Morgana est devenue le double de la déesse Isis, Windus est celui d’Osiris.
Mais où est Pétrus et derrière qui se cache le Quatrième ?

Daniel Vaxelaire, En haut, la liberté, Éd. Flammarion jeunesse, 2012

Petit-Jacques vit au Domaine, soumis comme tous les siens aux rudes lois de Sansquartier, le maître.
Comprenant que son frère et sa fiancée vont s’enfuir, il décide de les suivre. Tous trois deviennent des Noirs « marrons », comme on appelle à La Réunion les esclaves fugitifs. Mais, dans la forêt, traqués par les chasseurs, parviendront-ils à survivre et gagner la liberté ? « La mort est à nos trousses, elle nous attend devant, et pourtant je ressens un mélange d’exaltation et de paix : nous voici à nouveau tous les trois, seuls contre le monde entier, mais en chemin, vivants et libres. »

Didier Daeninckx, La prisonnière du djebel, Éd.. Oskar Editions (Histoire et Société), 2012

Un jeune homme trouve par hasard, caché dans sa maison, un paquet contenant un pistolet de guerre, un chargeur et une photo jaunie représentant une jeune femme accroupie, les mains liées derrière le dos, attachée à un arbre et surveillée par un soldat.
L’enquête du jeune homme le mène à son grand-père, qui a fait son service militaire pendant la guerre d’Algérie. Dans un premier temps, celui-ci, comme frappé d’amnésie, refuse de parler de cette expérience. Mais ensuite il va tout raconter à son petit-fils, et lui apprendre pourquoi il a décidé un jour de refuser d’obéir aux ordres de ses supérieurs…

Romans 12-15 ans

Fellag, Jacques Ferrandez, Le mécano du vendredi, Éd. Points

Zoubida, c’est toute ma vie.
Elle me mène par le bout du nez, je cède à tous ses caprices. Zoubida, c’est ma 4L. Jamais contente, elle tombe en panne n’importe où; heureusement les rues d’Alger sont pleines de pousseurs potentiels. Allez, démarre, Zouzou, j’ai besoin de toi pour la revoir, Elle… Si tu refuses, il me restera mes films. Ceux que je fais dans ma tête puisque je n’ai pas de bobine.

Jean-Paul Nozière, Un été algérien, Éd. Gallimard jeunesse (Scripto), 2012

L’histoire est racontée par Salim, 15 ans.
Dans une Algérie encore française où la guerre d’indépendance s’éternise, deux amis de quinze ans, Paul et Salim, voient leur amitié s’effriter au fil des événements. Paul, fils de Monsieur Barine, le propriétaire fermier français, supporte de moins en moins la rébellion des Arabes, les attentats, et la menace de devoir peut-être un jour quitter « son » pays. Et lorsque Barine décide que Salim ne retournera plus au lycée à la rentrée pour travailler sur ses terres, ce dernier est accablé par l’injustice d’une telle décision.
De plus en plus conscient de la supériorité toute-puissante des Français et de l’armée française, Salim finit par accepter d’aider le FLN…

Lilian Bathelot, Kabylie Twist, Éd. Gulf Stream (Courants noirs), 2012
France & Algérie, 1960 – 1962.

En France métropolitaine et dans ses colonies, les souffrances de la guerre mondiale ont été balayées par l’optimisme que souffle le nouvel essor économique. Le coeur battant des  » trentes glorieuses  » porte toute la nation. Le plein emploi, l’apparition des loisirs et des technologies modernes. Les Français découvrent les joies de l’automobile, du transistor. Leurs maisons se modernisent et  » l’ascenseur social  » fonctionne à plein régime.
Le twist enflamme une jeunesse enivrée des images de la  » nouvelle vague « , d’une liberté nouvelle fraîchement acquise, d’un rêve américain où fureur de vivre se prononce  » À bout de souffle « , où des idoles naissent chaque semaines et traversent les ondes comme des météores, pilotant des décapotables de sport, les pieds nus et cheveux au vent. Saint-Tropez, la place des Lices, Françoise Sagan, Jean-Paul Belmondo, Les Chaussettes noires, Dick Rivers, les juke-boxes, les flippers, les scooters Lambretta, les blousons noirs, les petites robes en vichy, les bas Nylon et les vernis à ongle, les quarante-cinq tours et les scopitones, forment un kaléidoscope où l’insouciance de dispute à la révolte contre la morale des vieilles barbes.
Pourtant, dans cette ambiance de fête exubérante, des dizaines de milliers de jeunes français vont être appelés pour le service militaire et être envoyés en Algérie où les  » événements  » prennent une tournure de plus en plus sanglante.

Maryvette Balcou, William Cally, Joëlle Ecormier, Isabelle Hoarau, Océan Indien, Éd. Reflets d’ailleurs (Archipel), 2012

La Réunion, les Comores, l’île Maurice
Entre témoignage, poésie et fantastique, un premier recueil de nouvelles illustrées sur l’Océan Indien qui mêle des textes aux sensibilités différentes.
Ce titre inaugure une nouvelle collection destinée aux adolescents : « Archipel » présente des espaces géographiques et culturels particuliers à travers des récits contemporains qui leur permettent de s’interroger sur le monde et d’aborder des sujets de préoccupations historiques et sociales.
La particularité de cette collection est aussi de présenter en fin d’ouvrage des documentaires qui permettent d’apporter des informations sur les pays et d’approfondir certains thèmes abordés dans les nouvelles.
En savoir plus sur les éditions Reflets d’ailleurs

Bertrand Solet, En Algérie lointaine, Éd. Nouveau monde jeunesse (Toute une histoire), 2012

En 1830, les troupes françaises envahissent l’Algérie au prétexte d’une insulte faite à l’ambassadeur français.
Quinze ans plus tard, la guerre de conquête se poursuit… Frédéric et sa famille vivent à Paris. Un certain Jean d’Hauricourt se présente à eux comme un homme d’affaires et propose à ces humbles artisans d’investir dans ce pays. Séduits, les Berthier achètent une maison à Alger. Hélas, arrivés sur place, leur rêve d’une vie meilleure se brise : la demeure qu’ils ont achetée n’existe pas et Jean d’Hauricourt se révèle un escroc.
Ruinés, désespérés, les Berthier cherchent à survivre dans ce pays qui n’est pas le leur. Frédéric veut venger l’honneur de sa famille. Un jour, à la terrasse d’un café, il aperçoit Jean d’Hauricourt et décide de le traquer. Une jeune serveuse, Charlotte, lui propose de l’aider. Commence alors pour Fred un périple semé d’embûches : mêlé à des civils, il accompagne une colonne militaire qui quitte Oran et se trouve témoin de combats entre les Français et les hommes d’Abdelkader.
Il se révolte devant les « pratiques » de l’armée française et fuit, tandis que Charlotte l’abandonne.

Yves Pinguilly, Catherine Millet,  L’Afrique de l’ouest en est, Éd. Nathan (Contes et légendes), 2012

Dans ces pays de brousse et de savane, le feu, l’eau, L’air murmurent à l’oreille des hommes les sagesses de leurs ancêtres.
Les mots de ces contes voltigent dans le vent, dansent au son du tam-tam, du balafon ou de la cora, ils complotent avec les génies des champs ou des eaux ; ils parlent la langue secrète des femmes-éléphantes ou des hommes-lions…

Pas grand chose dans les nouveautés ce mois ci, à part les quelques titres ci-dessous. Pourquoi ne pas en profiter pour visiter la librairie Présence Africaine de Paris : Nouvelle devanture, nouvelle enseigne, locaux refaits à neuf… la librairie a fait peau neuve durant cet été. Au cœur du quartier latin, la librairie est, plus que jamais, le lieu incontournable pour trouver le livre, l’article, l’atmosphère qui vous plonge dans le tourbillon de l’incroyable vitalité qui anime le continent africain et ses différentes diasporas.??

Mansour El Souwaim, Souvenirs d’un enfant des rues, Éd. Phebus, 2012
La guerre civile domine la scène politique soudanaise depuis l’indépendance du pays, opposant musulmans, chrétiens et animistes. Depuis les années 90, les raids d’enfants perpétrés par les différentes factions armées pour nourrir le marché quasi officiel de l’esclavage ont jeté dans les rues de Khartoum des milliers d’enfants de toutes confessions, orphelins et déracinés.
Kasshi, le héros du roman, est né paraplégique. Doté d’une intelligence supérieure et d’une mémoire phénoménale, il s’abreuve au savoir de ses maîtres, apprend le Coran par cœur, et se lance dans l’étude des sciences occultes et autres disciplines ésotériques. Nous le suivons de la petite enfance à l’âge adulte, au fil des rencontres avec les gamins des rues, chefs de gangs, voleurs ou vendeurs à la tire, indigents et infirmes. La nature l’ayant gratifié d’un sexe qui fait se pâmer la gente féminine, il découvre tôt les plaisirs charnels. Ses charlatans de maîtres à penser vont exploiter cette aubaine pour attirer les belles naïves dans des pièges dont elles ne sortiront pas indemnes.
L’auteur réussit à faire d’une vie marquée par le sceau de l’échec, du désespoir et de la violence, un récit quasi légendaire. Ainsi va la vie de Kasshi, tour à tour voyou et prophète, prince et mendiant, libre et captif, maître et victime de sa propre destinée.

Ivan Vladislavic, Folie, Éd. Zoe, 2012

Quelque part dans l’immensité du veld sud-africain, un homme arrive dans un terrain vague et y prend ses quartiers. M. et Mme Malgas, les occupants de la maison voisine, observent avec la plus grande attention cet intrus qui interrompt singulièrement leur routine. Monsieur est quincailler, Madame dépoussière les bibelots, regarde la télévision et attend le retour de son mari. L’inconnu explique à son voisin, de plus en plus fasciné, son plan: la construction très mystérieuse de sa maison, une maison mentale. La voisine, quant à elle, est convaincue de la folie de cet homme qu’elle s’obstine à appeler « l’Autre », et qui lui vole son bon mari. Folie est un huis clos à trois, récit d’une désillusion comique, tissée de clous et de fils, de chimère et de mots.

.

Djiby Sy, Roger Lavergne, La véritable histoire de Monsieur Sy, Éd. Sépia, 2012
Monsieur Sy est un travailleur émigré sénégalais qui est arrivé en France dans les années soixante. Son parcours est exemplaire.

Le jeune Djiby Sy qui s’embarque en trichant légèrement sur son âge, se verra confronté au choc des cultures. Il ne sait ni lire ni écrire. Il apprendra d’abord à prendre le bus, à s’habituer à la nourriture française : sa nouvelle vie est si différente de celle de son village. Il exercera de nombreux « petits boulots » à Marseille, Bordeaux, Paris… Mais surtout, il apprendra à lire, à écrire et à prendre sa place dans la société française en citoyen responsable.
Le jeune Sy parle de son déchirement, de la place des femmes, de son mariage, de son engagement syndical et de sa retraite en banlieue parisienne. L’émigré est devenu « Monsieur Sy ». Il est respecté par tous et ses conseils sont écoutés.
Un livre qui déborde d’humanité.

Henri Lopes, Une enfant de Poto-Poto, Éd. Gallimard (Continents Noirs), 2012

«À la une, la photo d’une foule en liesse… En bas, dans le coin gauche, quelqu’un lève deux doigts. C’est Pélagie. À sa gauche, c’est moi, Kimia… C’était le 15 août 1960. La nuit de notre Indépendance… Pour Pélagie et moi, il s’agissait plus d’une occasion de réjouissance que d’une date historique.» Suit le récit d’une amitié liant deux jeunes femmes que l’évolution de leurs pays va séparer un temps. Amitié profonde, complexe, sillonnée de rivalités, de jalousie et, surtout, mue par une indéfectible solidarité au cœur d’un monde divisé.
Entre Pélagie et Kimia, un Moundélé, comme on appelle les Blancs, là-bas! Mais ne serait-il pas, lui aussi, un enfant de Poto-Poto?… Doublant l’intrigue amoureuse, une plongée dans les consciences de trois êtres dont les identités se forgent à la fusion des boues et des glaises des sols d’Afrique et d’ailleurs. À contre-courant des clichés, l’auteur, à l’écriture dépouillée, rapide, cinématographique, nous offre trois palpitants destins en perpétuels dialogues.
De l’Europe aux États-Unis, ce trio fiévreux de passion et d’intelligence reste uni par une aspiration commune, le désir de s’assumer et de se dépasser, que traversent les parfums et les saveurs du Congo dans les rythmes des rumbas du pays bantou.

Denis Labaye, Noirs sur blanc, Éd. dialogues, 2012

Comment Zola Méké, jeune Africain issu d’une famille démunie, est-il devenu chirurgien à Paris ? ?Pour faire ses études, Zola, adolescent, est obligé de s’exiler. D’abord à Cuba, puis en Russie et en France. Une ascension sociale terriblement coûteuse : déchirement familial, petits boulots pour survivre, racisme, tiraillement entre l’attrait d’une vie « moderne » et l’emprise de la culture originelle.?Mais ce roman est aussi une histoire forte d’amitié et d’amour entre quatre jeunes aux destins divergents. Une aventure humaine où les personnages de rencontre abondent : un idéaliste égaré, une singulière mère adoptive, un curieux chirurgien russe adepte du silence… Le tout narré d’une plume alerte où l’humour s’invite souvent.
« Noirs en blanc » est une fiction inspirée des témoignages de médecins étrangers travaillant dans nos hôpitaux. Il évoque la fuite des cerveaux d’Afrique ? un drame pour ce continent… « Reprenez vos ONG et rendez-nous nos médecins ! » s’écrie Myezi, une femme chirurgien amoureuse de Zola.
« C’est un roman formidable et courageux. La première partie, un Cubain aurait pu l’écrire, les deux autres, un Africain aurait aimé les écrire. » Eduardo Manet

Trois livres jeunesse bien sympathiques découvert lors du Festival des arts de dire de Marennes (17) et disponibles à la toute aussi sympathique librairie Lignes d’Horizons de Saujon (17). (photo Beb :  Engongué au Cameroun, le village du poète Anne Cillon Perri)

Agnès Laroche, Mayana Itoïz, Abeba et le roi vorace, Éd. Talents Hauts (Livres et égaux), 2011
Abeba frissonne.
Des criquets… Elle n’en a jamais vu, mais elle sait bien que ce sont des bêtes voraces, sans pitié, qui dévoreront jusqu’au dernier grain toutes les récoltes de la saison. Alors que tout le voisinage regarde le ciel et se désole, on entend la voix de Boubakar, le roi : – Cessez donc de pleurnicher et agissez ! Et que les femmes se débrouillent pour exterminer les criquets. Chasser de si petites bêtes, ce n’est pas un travail d’homme ! Allez, plus vite que ça ! Les hommes du village hochent la tête avec conviction.
Leur souverain a raison ! Eux, leur spécialité, c’est la chasse aux lions, même si, à ce jour, on n’en a jamais vu dans la région… Ils laissent là leurs épouses et s’en vont se reposer au bord du fleuve.
En savoir + sur les éditions talents hauts

Didier Jean, Zad, Bénédicte Nemo, Paris-Paradis, Éd. 2 vives voix
Moussa est un jeune africain qui rêve de goûter au sirop de Paris-Paradis. Mais Saka-Mama, sa mère, cherche les mots pour le dissuader de suivre le chemin des mirages. En vain.
Même Oumar le vieux griot essaie de le retenir, et fort de sa grande sagesse, lui rappelle que le mensonge donne de très jolies fleurs mais pas de fruit. Pourtant la fascination est trop grande et Moussa quittera le village pour tenter sa chance dans ce pays lointain, avec dans les yeux tous les soleils de l’Afrique…
Voir et lire le livre

.

.

.

Catherine Zarcate, Élodie Balandras, Les poulets guerriers, Éd. Syros (Paroles de conteurs), 2011
Un conte africain tendre et malicieux, raconté avec l’humour de Catherine Zarcate.
Il était une fois, dans un village, en Afrique, des poulets adolescents. Ils ont décidé de partir sur le sentier de la guerre ! Ils se sont fait des peintures de guerre, ont coiffé leur crête en crête avec du gel, ont bombé le torse et ont traversé le village en file indienne. Un petit poussin les voit et crie : « Je peux venir avec vous, s’il vous plaît ? Je peux venir avec vous ? »

.

.

.

Christophe Cassiau Haurie, Thierry Permal, En plein cyclone, Éd. Orphie, 2010
Il n’est pas toujours simple d’être le père Noël de l’océan Indien… Après une tournée épuisante, celui-ci est obligé de retourner livrer deux cadeaux sur l’île Maurice.
Malheureusement, un cyclone arrive et va compliquer son voyage.
Une histoire pleine de rebondissements, amusante et instructive.
Le site des éditions orphie

Dis papa, c’est pas si loin l’Afrique ! Éd. Magellan Et Cie (Les P’tits Magellan), 2010
Dans une démarche très originale, les enseignants de 10 collèges du Val d’Oise, avec l’aide de deux conteurs africains, ont proposé à leurs élèves de laisser cours à leur imagination, à la fois pour les textes et pour les illustrations.
Le résultat est surprenant – et dépasse de beaucoup les attentes des plus optimistes.
Les contes et les poèmes imaginés par les enfants, pleins de magie, font la part belle à une Afrique rêvée, parfois idéalisée, mais n’ignorant rien des défis actuels du continent.
Les grands animaux y sont aux premières places, qu’ils partagent avec le chemin initiatique d’enfants de la savane.
Et leurs illustrations, pour naïves qu’elles paraissent, sont en réalité la projection de ce que nous croyons savoir de l’Afrique d’aujourd’hui.

Rascal , Pascal Lemaître, Ogre noir, Éd. École des Loisirs (pastel), 2010

L’ogre avait eu vent de l’existence de trois jeunes enfants qui vivaient seuls dans une petite maison près du delta du fleuve.
Cherchant à s’y introduire, l’ogre fit le tour de la maison. Il descendit tout entier dans la cheminée puis se retrouva complètement bloqué. L’ogre était pris au piège…

Gwennaëlle Colombet , Rémi Guichard, Sous le flamboyant : Musique et couleurs d’Afrique, Éd. Buda Musique, 2010
Un voyage musical pour découvrir l’Afrique
Découvrez pour chaque double-page :
– un texte qui éclaire le sens de la chanson
– une illustration qui vous plonge dans les couleurs de l’Afrique
Découvrez sur le CD
– une chanson d’un artiste du pays
Bon voyage !
Les pays visités : Cameroun, Burkina Faso, Ghana, Madagascar, Guinée, Afrique du sud, Nigeria, Comores, République de centre Afrique, Éthiopie, Mauritanie, Mali et Tanzanie.
Un livre de 36 pages, accompagné d’un CD

Christian Perrissin, Boro Pavlovic, Les Munroe : T. 1, La vallée du Rift, Éd. Glénat, 2010
Longtemps les Blancs du Kenya ont fait la pluie et le beau temps dans la vallée du Rift. Aujourd’hui, leurs jours sont comptés. Robert Munroe, aristocrate à la tête d’une plantation de café, doit faire face à une succession de crises dont la cavale de Sean, son fils cadet, n’est pas la moindre. Hostile depuis toujours à la communauté blanche ultraconservatrice, Sean ose s’amouracher d’une Kikuyu des bidonvilles de Nairobi. Jugé coupable du meurtre de celle-ci, il cherche à se faire justice.
Robert aimerait pouvoir alors compter sur l’aide de son fils aîné et de son unique fille pour faire face à ces problèmes, mais Ted est un bon à rien et Karen ne supporte plus son père…
En savoir +

Jean-Christophe Rufin, Katiba, Éd. Flammarion, 2010
Une katiba est un camp de combattants islamistes installé dans le Sahara c’est à la fois une cache et un relais, un lieu où l’on prie, où l’on négocie et tue. Repère invisible en avion ou par satellite, c’est là que les pièges se resserrent et que se décident les attaques. Le chef de la zone qui s’étend entre le Mali, l’Algérie et la Mauritanie, Kader Bel Kader, a décidé de court-circuiter les autres bandes de trafiquants qui sévissent, afin d’asseoir son influence auprès des chefs d’al-Qaida. Expédié en Mauritanie par l’agence de renseignements Providence (qui agissait déjà dans l’ombre, avec Le Parfum d’Adam), pour espionner les artisans de ces menaces terroristes, Dim trouve sur sa route une jeune femme, Jasmine. A la fois française et algérienne, connaissant de l’intérieur la diplomatie occidentale et les nouvelles lois de la guerre terroriste, elle marche à la frontière entre deux mondes ennemis, elle fascine et inquiète. Elle incarne à elle seule le proverbe sénégalais qui ouvre le roman et en tisse la trame principale : « Un chien a beau avoir quatre pattes, il ne peut suivre deux chemins à la fois. » Un grand roman où se croisent et s’affrontent deux civilisations.
En savoir +

Christian Epanya, Le taxi-brousse de Papa Diop, Éd Syros, 2005
Quand Sène ne va pas à l’école, il aime accompagner son oncle Papa Diop dans son taxi-brousse. Car même si le trajet est toujours le même ? il relie Dakar à Saint-Louis du Sénégal ?, pour Sène c’est chaque fois une aventure différente : un jour, il fait monter dans le taxi toute une équipe de lutteurs qui vient de gagner un tournoi important, un autre c’est une mariée, et un autre encore, une femme qui accouche dans le taxi !
Un album au style, au ton et aux couleurs de l’Afrique. Les moments de vie croqués dans le taxi-brousse permettent d’évoquer le quotidien de la société sénégalaise. Les illustrations de Christian Epanya sont autant de clins-d’œil à la peinture africaine, narration naïve et colorée.

Contes d’Afrique, Éd. Rue Des Enfants, 2010
Aux côtés d’un oiseleur, d’un singe un peu moqueur ou bien d’un homme étrangement touffu, les enfants sont amenés à découvrir les plus beaux contes du continent africain. Ils se laisseront alors embarquer sur les ailes d’une grande aigrette et peut-être parviendront-ils à retrouver un étrange anneau magique… Chaque récit est un voyage peuplé d’êtres et d’histoires aussi mystérieux que fascinants.
Les couleurs chaudes et éclatantes des illustrations les feront pénétrer en plein cœur des fabuleux paysages de l’Afrique.

Marc Cantin, Moi, Félix, 10 ans, sans-papiers, Éd. Milan (Milan Poche Junior, n° 21), 2007
Ils sont quatre, à se cacher à bord d’un cargo parti d’Abidjan, en route pour Brest. La mère, Moussa le frère aîné, Bayamé la petite sœur et puis Félix, 10 ans. Ils fuient la misère des champs de cacao pour une vie meilleure, une vie rêvée en France. D’abord clandestins chez l’oncle Massoudé, en attendant du travail, et une régularisation. Mais les choses tournent mal, la police intervient. Seul Félix échappe miraculeusement à l’expulsion. Mais il est seul.

Deuxième volet d’ ouvrages jeunesse édités en Afrique. La liste est loin d’être exhaustive. Une source importante est La joie par les livres et son site Takamtikou plus particulièrement centré sur l’Afrique, les Caraïbes et l’Océan Indien. Pour approfondir le sujet les liens sont à votre disposition à la fin de ce papier.

Gongo

Serge Diantantu, La Petite Djily et Mère Mamou , Éd.Diantantu Editions, 2008
Djili n’aime pas rentrer à la maison après l’école, pas plus qu’elle n’aime les vacances… Nous apprenons pourquoi : la nouvelle femme de son père la maltraite. Cette BD met en scène une situation malheureusement fréquente, d’une manière ni appuyée ni démonstrative, par le biais d’une vraie histoire conséquente et bien ficelée, avec des dialogues et des dessins très vivants, ancrés dans la réalité de Kinshasa (comme le dit l’argumentaire de vente, l’ouvrage  « illustre si fidèlement l’Afrique qu’elle en exhale même son parfum »). Cette BD a été remarquée par l’ONU et paraîtra prochainement en allemand et en anglais. Belle production : grand format, couverture cartonnée, papier glacé. Venu du cinéma à la BD parce qu’il coûte trop cher de réaliser des films, Serge Diantantu publie lui-même certains de ses ouvrages. Il est l’auteur, entre autres, de deux BD sur Simon Kimbangu.
Savoir +

Ile de la réunion

Robi, Maïté Chaveron, Elle a de qui tenir !, Éd. Océan Éditions, (Océan jeunesse), 2009
Qui n’a pas cherché, dans les traits de son enfant, un peu de soi ou de sa famille ? C’est à ce travers des adultes que l’album répond, en laissant petit à petit, au fil des pages, une place pour l’enfant et sa personnalité propre…
Sur un tel sujet, le texte pourrait aisément verser dans le mièvre : or, ce n’est pas le cas. Avec un joli rythme, une vraie présence en adéquation avec les illustrations, on découvre un album sincère et authentique ; une poésie sur les dettes familiales, qu’elles soient physiques ou psychologiques. En outre, l’alternance entre les peintures (réservées principalement aux portraits de la famille) et les croquis au crayon rose (représentant l’enfant en train de grandir) est un excellent choix graphique : il renforce la cohérence d’un texte fondé sur la comparaison des personnes et permet, au passage, une célébration du métissage.
Savoir +

Guniée

Ahmed Tidjani Cissé, Naby Yoro : Le géant de Matakan, Éd. Ganndal, 2006
Ce recueil publié à Conakry en 2006 est toujours disponible sur place et à Paris, heureusement, car il est très intéressant. Ce sont de riches récits de la Guinée maritime pour la plupart, des histoires vraies, de la vie quotidienne et du passé, entremêlées de légende. Le récit qui donne le titre au recueil se situe sur l’île de Matakan au large de Conakry. Il raconte l’histoire du géant qui vécut sur cette île et sauva les habitants de la famine ; son tombeau reçoit encore des hommages chaque premier jeudi du mois lunaire… « La vengeance du Wagadou-Bida » rapporte l’histoire de ce serpent mythique dont un jeune éphèbe coupa la tête pour sauver sa fiancée du sacrifice rituel. Cela entraîna la fin du royaume ; les survivants partirent au XIe siècle s’installer dans l’actuelle Guinée. Cinq récits et trois contes complètent le volume.
Savoir+

Bénin

Constantin Adadja, Les Trois singes : je reviendrai, Éd. Star (Prémices), 2009
Comme de nombreux enfants béninois, Gildas a été envoyé au Nigeria pour payer une dette familiale. Réduit à l’esclavage, il s’est enfui en se cachant dans un camion de gravier où il est mort étouffé. Le scénario mêle habilement récit de l’annonce de son décès aux membres de sa famille avec des flash-back sur les raisons mêmes de cette tragédie. L’alternance de points de vue permet la remontée de souvenirs différents et brosse en creux un portrait de Gildas. C’est une bande dessinée poignante, sans lourdeur en dépit d’une volonté de faire passer un message, et bien portée par le style graphique attentif aux expressions des personnages.
Savoir +

Sénégal

Sous la dir. de Nafissatou Dia Diouf, T. T. Fons, Les Petits chercheurs, Éd. Tamalys, 2008
Des scientifiques du Sénégal proposent aux enfants vingt-deux expériences, sur les plantes, la lumière, l’électricité, la mécanique, l’eau… Pour chacune, une double page : quelques phrases pour susciter l’intérêt, indications illustrées sur le matériel nécessaire (facile à trouver !) et la manière de faire, puis des explications pour aider à comprendre ce qui s’est passé ; le tout complété d’un peu de vocabulaire et d’une vignette humoristique. La table des matières indique le niveau de difficulté des expériences. Limpide, très bien conçu, ce petit ouvrage est une excellente initiation à la science par une démarche active.
En savoir + sur Nafissatou Dia Diouf

Hélène Ngone Diop, Mame Daour Wade, Moustapha Ndiaye, Des djinns de toutes les couleurs = Jinne yu mel nune, Éd. BLD, 2008
Paru en 1997 dans une édition qui regroupait trois histoires, cette nouvelle présentation du conte, seul, dans un album carré plus petit, permet de mieux en goûter la saveur. La cohabitation entre les djinns et les hommes n’est pas facile, surtout à l’heure de la sieste quand les petits êtres invisibles ne cessent leur vacarme… Un texte très court, en français et en wolof ; d’amusantes illustrations très colorées de Moustapha Ndiaye dans son style si reconnaissable que l’on a plaisir à retrouver.
En savoir +

Lamine Diemé, Bébé Amine, Éd.BLD (Tété), 2008
Quand Bébé Amine se réveille seul dans un grand lit, c’est d’abord la perplexité qui se lit dans ses yeux, bientôt relayée par l’inquiétude, pour finir par une très grosse colère. Heureusement, Maman n’est pas loin. Dans ce petit album carré, broché, aux illustrations très expressives, le récit est mené essentiellement par l’image qui joue habilement sur les cadrages. C’est le deuxième album dans la collection « Tété » de Lamine Diémé, jeune illustrateur dakarois, également auteur de courts métrages d’animation et de bandes dessinées.
En savoir +

Centrafrique

Didier Kassaï, Vincent Carrière, L’Odyssée de Mongou, Éd. Les Rapides, 2008
Les adaptations en BD de grandes œuvres africaines, permettant de les faire connaître à de plus nombreux lecteurs, ne courent pas les rues… Cette BD est l’adaptation d’un roman classique de la littérature centrafricaine (disponible aux Éditions Sépia), écrit par Pierre Sammy-Mackfoy, écrivain et pédagogue, qui a dirigé à Bangui le journal pour enfants Balao. Le bédéiste centrafricain Didier Kassaï, plusieurs fois primé, a mis en images documentées, agréables et bien lisibles, la vie extraordinaire de Mongou. Ce chef bandia voit les Européens, hommes d’armes et d’Église, arriver pour la première fois dans son village et en changer le destin, puis aide au recrutement des Tirailleurs et découvre la France…  Une histoire collective et personnelle simplement « montrée », sans que des jugements de valeur interviennent.

Ile Maurice

Gabrielle Wiehe, Sirandann :Petites devinettes = Small Guessing Games, Éd. Vizavi, 2009
Ce livre de devinettes trilingue (créole, français, anglais) est un hommage rendu à la culture de l’océan Indien et au célèbre jeu des sirandanes partagé par toutes les générations. Natacha Appanah, dans la préface de l’album, donne des sirandanes une belle définition, subtile et complexe : « les sirandanes ne sont pas que des devinettes. Cette joute orale en langue créole faite d’énigmes est un « ouvre-l’œil » sur ce qui nous entoure. C’est une manière de dire le monde, de lui enlever son masque de tous les jours, et de le surprendre ». Un exemple de ces joutes poétiques ? Qui est la demoiselle qui nous suit partout et que l’on ne peut jamais embrasser ? L’ombre, bien sûr… Gabrielle Wiehe met tout son talent à servir la poésie de ces sirandanes en proposant des collages, à partir de papiers très divers, qu’elle recouvre à l’acrylique, au pastel, ou encore, au fusain. On sent une véritable profondeur de l’image, nimbée de mystère, qui vient soutenir un texte aux multiples entrées de sens…
En savoir +

Madagascar

Jeanne Ralimahenintsoa, Dominique Chelot, Ridha Andriatomanga, Paul Razafindraibe, ABDlire, Éd. jeunes malgaches, 2007
Abécédaire bilingue français/malgache pour les enfants en classe de maternelle qui découvrent les rapports entre les lettres et les images. Chaque page est présentée sans commentaire pour laisser les enfants libres dans l’interprétation des images. La photographie a été utilisée pour les illustrations.
En savoir +

.

Cyprienne TOAZARA, Soza le pêcheur, Éd. jeunes malgaches, 2007
La pirogue de Soza n’ a pas su franchir la barrière de corail et le pêcheur de langouste fait naufrage. Pourtant, il reviendra chez lui, pour le bonheur et la paix de tous. C’est le retour du justicier en terre du Sud.
En savoir +

.

Mali

Modibo Keita, Svetlana Amegankpoe, L’épopée de Soundjata, Éd. Donniya, 2005
Inspirée de la tradition orale malinké, l’histoire de Soundjata Keita, courageux fondateur de l’empire du Mali, est magnifiquement représentée par les illustrations de Svetlana Amegankpoe.
En savoir +

.

.

Aïda Mady Diallo, Ibrahima Aya, Ali Zoromé, Awa et Adama à Wadakédji, Éd. Tombouctou (Awa et Adama), 2009
Saluons la création d’une nouvelle maison d’édition malienne, dirigée par Aïda Diallo et Ibrahima Aya, auteurs engagés en faveur de la lecture des jeunes. Voici le premier titre de leur collection de bandes dessinées documentaires qui prévoit la découverte de diverses régions du Mali, tenant compte des souhaits de leurs habitants, à travers les voyages des jumeaux Awa et Adama. Il s’agit ici de Wadakédji. Chaque étape de ce voyage des enfants est l’occasion d’une découverte des particularités de la région et aussi l’occasion d’aborder des thèmes plus généraux comme l’importance d’inscrire ses enfants à l’état civil ou de voter, la culture du karité…

Guinée Bissao

Teresa Montenegro, Kriol Ten, Ku Si Mon Editora, 2007
Livre écrit en portuguais et non traduit, mais cela ne devrait pas poser de problème aux francophones : « O vivo sabor do crioulo guineense falado através de termos, expressões, provérbios, com traduções em português. Fugindo à ordem alfabética, a apresentação é feita em vinte e um campos semânticos entre os quais o mundo, os animais, o corpo, o intelecto, os sentimentos, o carácter, a vontade, o parentesco, as viagens ».
En savoir +

Coédition

Béatrice Lalinon Gbado, Mamadou Wolid Niang, Ousseynou Sakho, Abdoulaye Seck, Ibrahima Dia, Chérif Diop, Maman, éditions Ruisseaux d’Afrique (Bénin), Mokand’Art (Congo Brazzaville), BLD (Sénégal), Éburnie (Côte d’Ivoire) et Sankofa & Gurli (Burkina Faso), 2006
Une magnifique coédition panafricaine en jeunesse : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Sénégal, Congo Brazzaville. Ce texte poétique, écrit par Béatrice Lalinon Gbado, est un véritable hommage à la femme, un long poème magnifiquement illustré par plusieurs artistes sénégalais travaillant la technique du « sous-verre ».

Pour être (beaucoup) plus complet il faut évidement faire un grand tour sur le site takamtikou et notamment sur la Bibliographie de l’Afrique – mars 2010 et la Bibliographie de l’océan Indien – mars 2010
Il y a aussi d’autres ouvrages sur le site de l’alliance internationale des éditeurs indépendants où l’on trouve une bibliographie que j’avais déjà présentée sur opoto et qui est plus que jamais
d’actualité.

Petite sélection d’albums jeunesse parus entre 1993 et 2004. Un prochain article proposera des titres de 2005 à aujourd’hui. Les livres sont en général disponibles sur Afrilivres. On peux aussi regarder sur Soumbala et éventuellement sur les sites des éditeurs lorsqu’ils existent.

Bénin :
Adélaïde Fassinou, Yémi ou le miracle de l’amour, Éd. du Flamboyant, 2001,
Publié avec l’appui de l’UNICEF, le deuxième roman d’Adélaïde Fassinou raconte la vie d’une jeune fille placée par sa mère à Cotonou. Chez sa tutrice qui est en même temps sa tante, cette jeune fille est élevée dans l’amour. Elle bénéficie des mêmes avantages que ses cousins, fréquente le même type d’école jusqu’au certificat d’études primaires où elle est reçue. L’auteur livre au passage, par la voix de son personnage Josaphat, quelques commentaires sur la convention relative aux droits de l’enfant et démontre que le bonheur ou le malheur d’un enfant placé dépend essentiellement du cœur des personnes chez qui il est. Les résultats peuvent être très heureux ou très malheureux. D’où la nécessité de considérer le problème au cas par cas.
Ce roman d’Adélaïde Fassinou a été illustré par Taofik M. Atoro de cinq planches.

Hector Sonon , Raphaël Darboux, Abalo a le palu, Éd. Ruisseaux d’Afrique (Enfants et Santé), 2004
A travers l’aventure vécue par le petit Abalo, les enfants découvrent comment se manifeste le paludisme et les précautions à prendre pour lutter contre cette maladie.

.

Burkina Faso :
Catherine O. Tiendrebeogo, Joël Salo, Escargoto, Éd. Sankofa & Gurli, 2002,
Connaissez-vous les origines de la haine ? Escargoto, le petit enfant escargot, vous emmène en son, musique et couleurs, à la découverte du monde avant l’apparition de celle qui, avant de devenir un sentiment, fut un personnage : « haine ».
Vous aiderez Escargoto à concevoir le présent et l’avenir grâce au savoir que vous partagerez désormais avec lui.
L’ouvrage est accompagné d’une cassette où le texte récité par Sophie Magolon Tiotsop s’accompagne de musique et de chansons.

Ansomwin Ignace Hien, Roger Nacoulma, La nuit des tout-jeunes, Le cheval à la bouse d’or, Éd. Graphic Technic Intenational & Biomedical – GTI, 2000
Ce deuxième volume présente des histoires au déroulement limpide, assorties de morales « Voilà pourquoi… » à la fin de chaque conte ; y sont mises en exergue les valeurs cardinales et les vertus, en même temps que sont condamnés les défauts et les vices des êtres humains.
« Voilà pourquoi ne devons semer que la bonté et le bien, jamais la méchanceté et le mal. » Destiné essentiellement aux tout-jeunes, ce deuxième volume de la série des contes pour enfants de l’auteur, présente les mêmes caractéristiques que le premier, « Les trois jumeaux », déjà paru : style agréable, vivant, phrases simples et claires, histoires au déroulement limpide, morale à la fin de chaque conte. Contes pour enfants, certes, mais la conte a-t-il seulement un âge? Chaque lecteur ou auditeur, petit ou grand, y trouve son compte.

Cameroun :

Liliane Onguene – Mirtil, Bella fait la classe, Éd. Akoma Mba, 2000
Bella est une petite fille aussi belle que bonne. Elle n’hésite pas à partager ses connaissances et son temps avec Aminatou, sa compagne qui a des difficultés en classe. Elle lui permet ainsi d’améliorer ses performances scolaire, ce qui va éviter à Aminatou d’être donnée en mariage par ses parents.

.

Congo :
Louya, Victor MPENE MALELA, Zozo d’la rue, Éd. Mokandart, Éd. L’Harmattan, 2004
A Brazzaville une rumeur court : des enfants disparaissent. On les retrouve morts et mutilés. Grâce, une fille, ne rentre pas de l’école. Zozo, une enfant de la rue ami de Grâce, organise les recherches.
Issu d’un atelier d’écriture avec l’écrivain congolais Caya Makhele en juillet 2003, ce polar vise un double objectif: faire découvrir au jeune public des auteurs congolais, inciter d’autres auteurs congolais à se tourner vers la littérature jeunesse, parent pauvre de l’édition congolaise. L’auteur, enseignant comédien, conteur a publié des nouvelles dans des recueils d’ensemble. « Zozo d’la rue » est son premier roman.

Côte d’Ivoire :
Micheline Coulibaly, Benjamin Kouadio, Kaskou, Nouvelles Editions Ivoiriennes, Les Editions Livre Sud, 2002
Un petit cabri tout noir devient la mascotte de la famille. Mais comment vont-ils réussir à vivre ensemble ?

.

Véronique Tadjo, Mamy Wata et le monstre, Nouvelles Editions Ivoiriennes, 1993
Mamy Wata, la reine de l’eau, vit paisiblement dans son royaume quand un jour quelques poissons viennent l’avertir qu’un horrible monstre terrorise les villageois des alentours. Mamy Wata décide d’aller voir ce qui se passe.

.

Djibouti :
Abdourahman A. Waberi, Pascale Bourgeault, Bouh et la vache magique, Éd. Couleur locale (Le caméléon vert), 2002
Bouh, le jeune berger, était admiré dans toute la région car, pendant la famine, il était revenu chaque jour les bras tellement chargés de vivres qu’il avait pu nourrir famille et voisins. Mais d’où venait cette nourriture? C’est ce que voulurent savoir les frères aînés de Bouh qui jalousaient sa célébrité.

Guinée :
Yves Pinguilly, Sarang Seck, Florence Koenig, L’Ananas, grand jusq’au ciel, Éd. Ganndal, Éd. Le Sablier Editions, 2003
Le village de Seguèdèya, parfumé par les jasmins sauvages, Fatou et Mabinty cultivent avec l’aide de leur maman un bout de jardin. Elles dansent et chantent devant les aubergines, les salades, les tomates et trois ananas.
Un jour, le bracelet de Mabinty tombe autour du plus gros ananas…

Mali :
Charles Bailleul, Svetlana Amegankpoé, La petite souris qui a perdu son enfant, Éd. Donniya (Enfances), 1997
Conte magnifiquement illustré (illustratrice primée à la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne en 1999), en édition bilingue bambara-français sur le thème de la bouderie.

Moussa Konaté, Aly Zoromé, La Savonnière, Éd. Le Figuier (Métiers d’Afrique), 2003
En Afrique, et particulièrement au Mali, le métier de savonnière, est encore exercé de façon traditionnelle. Cette collection propose la découverte de ces métiers qui se transmettent de génération en génération et qui donnent à ceux qui ont ce savoir faire un revenu financier.

Ile Maurice :

Alain Gordon-Gentil, Henry Koombes, Méli-Mélo dans la mélasse, Éd. Vizavi, 2002
Juillet est de retour et la coupe bat son plein dans toute l’île. De grand matin, Tikoulou et son ami Matapan partent au champ pour prêter main forte aux coupeurs. Mais à peine ont-ils coupé leurs premières cannes, qu’ils doivent échapper à une redoutable attaque de mouches jaunes. Finalement, les deux enfants iront de surprises en surprises jusqu’à la découverte d’un spectacle étonnant : celui d’une sucrerie en activité.
Destiné aux enfants de 4 à 7 ans, ce cinquième album des aventures de Tikoulou fleure bon le terroir mauricien grâce à la magie colorée du peintre Henry Koombes.

Rwanda :
François Gakwaya, Mathias Kanyungo, Malachie Nizeyimana, Félix Seminega, Bakamé, le lièvre futé, Éd. Bakame, 1999
Ruhinyura, un cultivateur de maïs, engage Bakame pour garder son champ. Il lui promet quelques épis de maïs à la récolte. Le moment venu, il ne respecte pas ses engagements. Déçu, Bakame jure de se venger.

.

Sénégal :
Hélène Ngoné DIOP, Samba NDAR CISSE, L’épreuve de Noko, Falia éditions, 2003
La vie n’est pas facile pour Noko. Elle vit seule depuis des années et désespère de trouver l’homme qui saura la rendre heureuse. Jusqu’au jour où un mystérieux génie aux yeux de chat lui rend visite…

Togo :

Ernestine A. Gbonfou, Galina Adjrabkou-Glokpo, Olivier Gloh, Moustique et les lions, Éd. Akpagnon (Petit Sourire), 2000
Moustique, le personnage de ce conte, est chétif mais fier de lui, et malin, chaleureux.

.

Isabelle Peynet, Yakoum : l’enfant du bonheur, Éd. de la Rose bleue, 2003
Yakoum.est un enfant qui vit harmonieusement avec ses parents. Son histoire est fraîche et pleine de tendresse. Dans son innocence, il pose des questions, le plus souvent à son grand père. Il fait des rêves, tire parti de ses idées, prend avec courage des initiatives qui amèneront toute la population de son village à construire des écoles… Sans en être pleinement conscient, le jeune enfant participe à sa manière à la lutte contre la pauvreté. L’histoire de Yakoum montre qu’en partant d’une petite idée, née dans la tête d’un enfant, on arrive à accomplir de grandes choses…

Yves Pinguilly, Laurent Corvaisier, Frissons de foot à Bangui, Éd. Rue Du Monde (Romans Du Monde Bleus 7-12 Ans), 2010
Voici un roman plein de suspens, où le talent sportif doit rivaliser avec les plus viles jalousies… Un livre sans candeur mais porteur d’espoir pour saluer la première Coupe du monde de foot en Afrique.
Zangba habite à Bangui, la capitale de la République centrafricaine. Il a 15 ans, et la vie, déjà, ne l’a pas épargné. Cela fait longtemps qu’il a quitté l’école et plus encore qu’il est orphelin. Pour survivre, il vend ce qu’il peut dans la rue. Surtout, comme beaucoup de ses copains, il joue au foot. D’ailleurs, même sans chaussures, même le ventre vide, son talent surpasse largement celui de ses coéquipiers. Il se prend à rêver à une sélection dans l’équipe juniors qui doit disputer la Coupe d’Afrique des nations…
Justement, Zangba a déjà été repéré par le public et par les experts, ce qui déplaît fortement à un riche homme d’affaires, prêt à tous les mauvais coups pour que son propre fils soit sélectionné. Cet homme puissant dans son pays n’hésite pas à évoquer le sida pour tenter d’isoler Zangba, ou à sortir les billets de banque… D’échecs en désillusions, Zangba se heurte à de sordides pratiques. Le véritable football, servi par ce joueur hors pair, finira-t-il, oui ou non, par l’emporter ?…
L’auteur de Frissons de foot à Bangui, grand connaisseur du continent africain, nous offre un texte vibrant d’Afrique où l’on se fait « cadeauter » et où, à chaque but marqué, on crie : « Gbanda a yingi, le filet a tremblé ! »

Alain Serres, Zaü, Mandela, l’africain multicolore, Éd. Rue Du Monde (Grands Portraits), 2010
Il y a vingt ans, Nelson Mandela retrouvait la liberté après 27 années de prison. Il allait devenir le premier président noir d’Afrique du Sud. Depuis les prairies de son enfance jusqu’à la victoire suprême, voici le parcours d’un humaniste hors du commun, devenu symbole universel de paix et de liberté. Un album aux couleurs de l’espoir.
Il a vu le jour sous le nom de Rolihlahla. Sept ans plus tard, lors de son entrée à l’école, on l’obligeait à prendre un prénom plus britannique…
Première contrainte, première rencontre avec la domination blanche. Très vite, le jeune Mandela fait de sa vie un combat pour faire bouger les lois. Mais, au fil des années, le poids des mots ne suffit plus. La répression dans les townships aiguise la lutte. La riposte se fait parfois plus violente. Nelson Mandela est emprisonné : 27 années passées entre quatre murs à Robben Island. Au coeur du livre, 27 pages particulières égrènent cette éternité : 27 dessins en noir et blanc, encadrés par deux bandes rouges qui disent l’enfermement.
Puis la couleur revient dans l’album pour fêter la libération, à 71 ans, du plus ancien prisonnier politique du monde. Après la souffrance, les victoires de Mandela et de l’ANC se succèdent : le droit de vote accordé aux Noirs, l’élection de Mandela, la réconciliation nationale, le double prix Nobel de la paix… Sans jamais renoncer à croire en l’humain, Mandela restera celui qui, à la seule force de sa conviction, aura tracé un improbable arc-en-ciel au-dessus de l’Afrique du Sud.

David Gilman, Zone Danger : Le Souffle du Diable, Éd. Gallimard ( Folio Junior  n° 1550), 2010
Max Gordon, 15 ans, part en Namibie, à la recherche de son père, géologue-archéologue. Aux confins du désert où le guettent dangers et ennemis mortels, il va devoir affronter le plus redoutable d’entre eux, Shaka Chang, et empêcher un désastre écologique qui mettrait en péril la vie d’un peuple tout entier, les Bushmen.
Le premier volume d’une série d’aventures au rythme effréné qui nous entraîne, à travers le monde, au plus près de la nature, de ses lois et de ses secrets.

Michael Morpurgo, Sarah Young, Enfant de la jungle, Éd. Gallimard jeunesse, 2010
Will passe des vacances de rêve avec sa mère en Indonésie. Un jour, alors qu’il se promène à dos d’éléphant le long de la plage, l’animal, paniqué, s’enfuit soudain dans la jungle. Et une vague immense déferle… Perdu au cœur de la forêt, Will n’est pas seul: Oona, l’éléphante qui lui a sauvé la vie, fera de lui un enfant de la jungle…
Un magnifique roman d’aventure qui célèbre l’amour de la nature et voit triompher l’amitié.

Plus de livres pour grandir

Roger Frison-Roche, Reportages africains, (1946-1960), Éd. Arthaud, 2010
1946. Roger Frison-Roche est à Tanger en qualité de journaliste. Pendant quinze ans, ses pas de reporter le mèneront à travers toute l’Afrique du Nord, de Tadjemout, petit village fortifié aux confins de l’immensité saharienne, à l’oasis d’Agadem au Niger ou à Bizerte en Tunisie. Les reportages qu’il rédige durant cette période, principalement pour l’Echo d’Alger constituent l’essence de cet ouvrage inédit.
Loin de s’en tenir à un prosaïque exposé de ses voyages, Frison fait de chacun d’eux une croisade littéraire au service de son appétit d’aventure. Course effrénée à l’or noir en Algérie, récit épique consacré à la mystérieuse princesse Tidjania… Reportages africains dresse un panorama de l’Afrique du Nord qui constitue à la fois un témoignage journalistique unique et un appel au rêve. Ces articles, dont certains ont inspiré les plus grands romans de l’écrivain, comme La Piste oubliée et Djebel Amour, provoquent l’irrésistible envie de bivouaquer sous la lune…

Félix Dubois, Tombouctou la mystérieuse, Éd. Grandvaux, 2010
Tombouctou a longtemps fait rêver l’imaginaire occidental : « la ville aux pavés d’or danse dans le rêve européen « .
Ville du savoir et des richesses, d’encre et de terre, Tombouctou – au Mali – est avant tout la ville de la connaissance, du voyage par excellence. Le but, le point ultime du Sahara, le plus grand désert du monde, dont nul ne revient intact. Le mérite de Félix Dubois est d’avoir retranscrit le chemin vers ce but, dans un texte magistral puisé aux sources de la brousse, de la chaleur et de l’espace. Son style accompli de grand-reporter de la fin du XIXe siècle, fourmillant d’anecdotes vécues, son texte fouillé et documenté lui ont valu alors d’être couronné par l’Académie française.
Ce livre publié en 1897, enfin réédité sous une couverture originale, est un véritable monument de la littérature saharienne.

Albert Londres, Terre d’ébène, Éd. Arléa (Arléa-Poche), 2008
1928, André Gide vient de publier Voyage au Congo et Retour du Tchad, ouvrages dans lesquels il a dénoncé avec vigueur les horreurs et les crimes du régime colonial de la France.
Albert Londres s’embarque pour un périple de quatre mois en Afrique, destination Sénégal, Niger, Haute-Volta (aujourd’hui Burkina-Faso), Côte d’Ivoire… Révolté à son tour par ce qu’il découvre, le grand reporter trouvera la violence et les accents qui conviennent pour en parler. Son livre, Terre d’ébène, suscitera de furieuses polémiques et incitera le gouvernement général de l’AOF à organiser un  » voyage de presse  » afin d’apaiser l’émotion produite par le reportage de Londres.
La presse coloniale, de son côté, se déchaînera, mais la violence ordurière de ses attaques renforcera le succès du livre.

André Gide, Voyage au Congo suivi de Le retour au Tchad : carnets de route, Éd. Gallimard (Folio), 1995
Récit d’un séjour en Afrique équatoriale française (Gabon, Oubangui-Chari (Centrafrique), Tchad et Cameroun)où l’émerveillement devant la nature sauvage se conjugue à l’indignation face au sort des colonisés.
«Moins le Blanc est intelligent, plus le Noir lui paraît bête.» Voyage au Congo marque une date dans l’histoire de l’anticolonialisme. De son long périple, André Gide rapporta un réquisitoire contre les exactions systématiques des compagnies de caoutchouc, prêtes à organiser des massacres pour garantir leurs bénéfices. Son témoignage a d’autant plus de force qu’il n’idéalise nullement les Africains et qu’il rend hommage aux administrateurs dévoués et compétents qui croisent son chemin – parmi lesquels un Guyanais promis à un avenir glorieux, Félix Eboué.
Un des premiers réquisitoires contre le colonialisme, bref, mais efficace et réaliste.

Page suivante »